Challenge Out of Labs, répond aux besoins des entrepreneurs qui lancent leur start-up

Multisectoriel

17.04.2019

Challenge Out of Labs, répond aux besoins des entrepreneurs qui lancent leur start-up

Vous avez un projet de start-up ambitieux pour lequel il vous manque une brique techno ou un peu de R&D ? Vous avez besoin de financement pour démarrer ? Alors tentez le Challenge Out of Labs ! Thai-Binh Phan, le futur CEO de la start-up SmarterPlans – lauréate du Challenge automnal 2018 et déjà sur le point d’entrer en incubation à la SATT Linksium – vous explique pourquoi. Interview à deux voix, avec Patrick Lambert, chercheur au laboratoire Listic du bassin Grenoble-Alpes, identifié suite au Challenge pour apporter à SmarterPlans la dimension technologique manquante. L’appel à candidatures du 7ème Challenge est ouvert jusqu’au 06/05/2019. En jeu : un prix d’une valeur de 10 k€, composé de 2 jours d’accompagnements, ouvrant l’accès à des modules de formations et aux rencontres avec des experts scientifiques… >> http://outoflabs.linksium.fr/

Thai-Binh, vous êtes basé à Paris. Pourquoi avoir candidaté au Challenge Out of Labs ? Comment l’avez-vous connu d’ailleurs ?

Mon projet de start-up me posait un triple défi. D’abord j’avais besoin d’un moyen pour accélérer la R&D. D’autre part j’avais besoin de fonds. Enfin, il nous fallait des compétences technologiques. A la recherche des solutions, j’ai trouvé sur le site de Bpifrance l’annonce du 6ème Challenge Out of Labs qui répondait à ces trois problématiques. Ce qui m’avait particulièrement plu, c’est que l’écosystème scientifique et technique du bassin grenoblois est à la pointe et donc c’était potentiellement un bon endroit pour recruter les membres de la future équipe équipe dans des domaines de recherche technologique à fort potentiel… ce qui est bien plus compliqué à Paris. Après cela, j’ai regardé ailleurs d’autres concours permettant de se rapprocher de Laboratoires de recherche, mais tout ce que j’ai trouvé semblait moins pertinent par rapport aux besoins que nous avons, nous, entrepreneurs lançant une start-up. Donc, je me suis décidé pour le Challenge et je ne le regrette pas !

Le 11 avril 2019, moins de 4 mois après avoir commencé à bénéficier du prix remporté au Challenge Out of Labs 2018, SmarterPlans présentait le projet d’incubation de la start-up au comité d’investissement de la SATT.

Qu’est-ce que le Challenge Out of Labs a apporté à SmarterPlans ?

Déjà un programme structuré et un accompagnement très réactif, ce que l’on apprécie particulièrement en tant qu’entrepreneurs. Le système est souple et sans obligation, ce qui est également un avantage, car on ne peut s’engager sans savoir. Tous les jalons proposés étaient clairs et apportaient de la valeur dès le départ. J’ai suivi plusieurs ateliers qui m’ont aidé à façonner le projet.

Nous sommes à M+4 du début de l’accompagnement, où en est le projet ?

En seulement 4 mois nous avons beaucoup appris, mais surtout nous savons comment intégrer cette dimension technologique que nous cherchions : Linksium a repéré pour nous le laboratoire Listic, porteur du savoir-faire nécessaire en analyse d’image et apprentissage profond (un laboratoire de l’Université Savoie Mont-Blanc et est rattaché à Polytech Annecy Chambéry). Nous avons trouvé un terrain d’entente et nous venons de passer devant le comité d’investissement (CI) de la SATT pour demander une incubation de la start-up de 17 mois. On connaîtra la réponse sous une dizaine…

Patrick, racontez-nous la rencontre entre le Listic et SmarterPlans ? Pourquoi avez-vous choisi de faire partie de cette aventure ?

En tant que laboratoire de recherche publique, nous ne voulons pas nous limiter à être un simple prestataire et nous recherchons toujours un intérêt scientifique dans les collaborations industrielles potentielles. Après un premier contact via Linksium, qui a laissé entendre qu’il pouvait y avoir un intérêt, nous avons donc eu un échange avec Thai-Binh. Son explication a montré que le sujet scientifique est réellement intéressant, qu’il porte sur une thématique que l’on maîtrise et nous avons donc donné notre feu vert pour la suite. Pour lever les contraintes humaines, nous nous sommes mis d’accord sur le recrutement d’un post doc. Tout cela a été très rapide : 3 mois à peine. La demande au CI comporte donc aussi un volet laboratoire, couvrant le recrutement de ce post doc pour un an, avec une possibilité d’embauche par la suite.

Si le projet est validé par le CI de Linksium, SmarterPlans sera donc une start-up opérant sur trois localisations : Paris, Grenoble et Annecy ? Cela vous convient ?

Thai-Binh Phan : C’est un vrai sujet. Mes associés et moi-même sommes tous expérimentés. C’est faisable et la qualité des interactions passées est rassurante. Donc non, ça ne nous fait pas peur ! Nous allons d’ailleurs créer la start-up assez rapidement pour engager la prospection active dans l’attente des retombées de R&D.
Patrick Lambert : De notre côté, tout va bien également. En ce moment-même, le laboratoire dirige une thèse à Pau. On sait gérer le travail sur différents sites.

La start-up SmarterPlans, en intégrant l’incubation, bénéficiera de 14 niveaux de services comprenant notamment du mentoring, un programme d’innovation sur-mesure, une avance remboursable sans garantie personnelle et 60 modules de formation…